La Ferme des bouillons

Cette ferme, sauvée de la démolition par l’Association de Protection de la ferme , avait été reclassée en Zone Naturelle Protégée en janvier 2014. Occupée depuis 32 mois par des jeunes citoyens qui y ont fait vivre l’agriculture maraîchère biologique et de très nombreux événements culturels, la ferme, désormais perdue pour la spéculation foncière, était en attente d’un nouveau statut correspondant au travail fourni par les citoyens de tous âges qui y étaient attachés. Immochan (filiale immobilière de la richissime famille Mulliez ­80 enseignes et des milliers d’hectares de terres achetées à Madagascar, en Chine etc.) a décidé de vendre ses 4 ha en début d’été à une SCI familiale de ses amis, sans publicité aucune bien sûr et à moins de la moitié du prix normal estimé !

La SAFER, avec l’appui des services de l’État, a accepté cette vente opaque et précipitée en refusant de préempter la ferme, seule solution pour que notre projet citoyen soutenu par Terre de Liens et la Confédération paysanne et dont la SAFER était au courant, soit mis de façon équitable et transparente en balance avec celui de cette SCI, sortie brutalement d’un chapeau.

C’est peu dire que toutes les personnes impliquées dans ce projet citoyen sont écœurées ! Les occupants ont été expulsés par 10 cars de CRS le matin du 19 août. La résistance, qui avait pu s’organiser dès fin juillet, s’est poursuivie sur un champ voisin de la ferme. Les occupants et sympathisants ont donc installé un campement sur un terrain communal, mais depuis l’avis d’expulsion sous astreinte de 1000 euros par jour transmis par la municipalité de Mont Saint Aignan aux militant­e­s de la Défense de la Ferme des Bouillons, ils ont été accueillis en partie par l’APSNR (Association de Protection du Site Naturel de Repainville à Darnétal. Cela va permettre la poursuite de nombre de leurs activités : assemblées générales quotidiennes, projection du mercredi, marché du samedi, stand d’information, sont poursuivis sur les espaces du site de Repainville. Vous trouverez la suite de l’histoire dans la Gazette d’info que l’association édite.

Mais bien sûr, pour l’instant, l’essentiel est perdu et le sentiment d’injustice révolte tous ceux qui pensent que pour faire vivre une société plus humaine et plus respectueuse de la planète, même de petites expériences locales ont un sens.

L’association s’entoure néanmoins de conseils juridiques pour mettre à jour un certain nombre d’anomalies dans le déroulement de la procédure SAFER et vérifier ou infirmer tous les bruits de couloir : quel a été le rôle réel de la Préfecture dans l’élaboration de ce projet de vente ? Quel a été rôle réel de la SAFER dans l’élaboration du compromis vente ? Après moult demandes, une réunion extraordinaire de la SAFER se tiendra le 22 septembre, pour en savoir plus sur les raisons pour lesquelles le dossier des occupants n’a pas été étudié. Indispensable pour envisager l’avenir.

L’enracinement des actions dans le choix de la non­violence a permis, d’une part de ne pas tomber dans le piège de provocations grossières, et d’autre part de toujours trouver parmi des très nombreux adhérents des personnes pour calmer le jeu, rectifier le tir ou prendre le relais, quand l’urgence, l’émotion et la fatigue auraient pu amener à l’erreur ou à la bavure. Chapeau !

Le délai de préemption pour la ferme des Bouillons a expiré : citoyens écartés, projet bidon conforté ! Lire le communiqué de presse