A propos de la venue annoncée d’ Emmanuel Macron à Cherbourg pour le lancement du Suffren, engin de destruction massive

Message du CANO

COMMUNIQUE DE PRESSE du 8 juillet 2019

(mise à jour faite le 12 juillet )

Le 12 juillet à Cherbourg Emmanuel Macron vient célébrer, en grande pompe, le lancement du SUFFREN premier sous-marin nucléaire d’attaque (SNA) de la série Barracuda, construit par Naval Group.

Ce sous-marin supplémentaire, à propulsion nucléaire, accompagne les sous-marins armés de lanceurs d’engins nucléaires (SNLE) qui sont une menace pour le monde entier. L’arme nucléaire n’est d’aucune utilité contre le terrorisme et la modernisation de l’arsenal nucléaire français participe à une nouvelle course mondiale au développement de ces armes de destruction massive comme au temps de la guerre froide. Cela méprise le traité d’interdiction des armes nucléaires voté en juillet 2017 à l’ONU par 122 pays n’acceptant plus de se faire terroriser par les 9 pays qui possèdent cette arme de destruction massive.

Dans un monde fortement impacté par les changements climatiques et alors que le gouvernement recherche des moyens pour diminuer les dépenses de l’état, cette dépense de 9 milliards dans l’armement est insupportable comme le sont aussi les plus de 11 milliards déjà engloutis dans le chantier de l’EPR de Flamanville.

Ces milliards d’euros auraient été plus utiles au développement des énergies renouvelables décentralisées, adaptées aux territoires et aux pouvoirs partagés entre travailleurs, usagers et protecteurs de la Planète.

Se vanter, comme le fait le Président de la République, d’un tel entêtement nucléaire, civil comme militaire,  rétrograde, est la manifestation d’une arrogance coûteuse et dangereuse pour l’avenir et la paix du Monde.