Pollution au ruthénium 106

Communiqué de la Commission de Recherche et d’Information Indépendantes sur la Radioactivité

Certains médias ont titré sur les aveux de la Russie qui aurait admis être à l’origine de la fuite radioactive de ruthénium-106. Un communiqué de l’agence de météorologie ROSGUIDROMET aurait fait état de la détection fin septembre, de concentrations de ruthénium 106 « extrêmement élevées dans plusieurs régions de Russie.

En fait, les chiffres mentionnés dans ce communiqué figuraient déjà dans un document d’HYDROMET que la CRIIRAD a étudié ce week-end. Loin d’apporter des réponses, les résultats de mesures posent question :

1/ les concentrations mesurées dans l’air sont du même ordre de grandeur que celles mesurées en Roumanie ;
2/ les niveaux de dépôt au sol mesurés dans des stations situées à moins de 40 km au nord et au sud de Mayak n’atteignent que quelques centaines de becquerels de ruthénium 106 par mètre carré de sol (maximum de 330 Bq/m à Metlino) soit de l’ordre de 100 fois à 1000 fois inférieurs à ceux annoncés par la modélisation de l’IRSN dans son communiqué du 9/11/2017.

À ce jour, nous sommes donc toujours dans l’incertitude la plus totale. La CRIIRAD a interpellé l’OMS et l’AIEA pour dénoncer leur silence et leur demander d’intervenir.

Une totale transparence est par ailleurs indispensable, tant du côté des gouvernements, et notamment de la Fédération de Russie, que des organismes d’expertise.

Plus d’information sur le site de la CRIIRAD